Publicité (position 4)
DEIMACO
Publicité (position 4)

S'habiller accompagnés de bas, quelque soit les occasions, en noir ou couleur chair pour aller au travail ou à des rendez-vous professionnels, en blanc pour des évènements de type mariage et fiançailles, colorée pastel, pour changer de la routine, pour une rencontre amoureuse, les couleurs changent, au fil des époques et de siècles, de langage et de signification.

La couleur des bas colorie la jambe

Les bas doivent-ils être en couleur ? La question fait débat, avec un jeu de mot attendu. Avec les bas classiques, les jambes ne sont quasi jamais sans couleurs car le noir strict et ultra opaque, ou le blanc pur, sont en soi des teintes très connotées, et qui renvoient à des symboles forts et à des cérémonies exceptionnelles. Dans tous les cas, il n'est pas associé forcément à la mort, mais dans l'univers de la Mode et de la Haute-couture, plutôt au chic intemporel. Le bas transparent ou semi opaque teinte les différentes carnations de la peau avec toutes sortes de tonalités de couleur, de la couleur chair au teint de soleil, que l'on n'associe pas à des couleurs en tant que telles, mais plutôt pas au fait que l'on colorie la jambe. Et les motifs fantaisie ou imprimés renvoient vers autre choses (motifs floraux, dessins de créateurs ou effets géométriques ou l'on oublie la jambe. La question est est-ce qu'une jambe peut être rouge, verts, jaune, bleu ou rose sans que l'on tombe dans le déguisement.

Bien sûr, cette couleur des bas ont une longue histoire avec les vêtements et notamment avec les bas, mais nous sommes dans une société ou la valeur de ses couleurs et le rôle qu'elle nous assignait parfois ont disparu. La facilité est aussi un peu de s'effacer et d'utiliser des classiques ou noir, chair et transparent règnent en maîtres...

La couleur des bas avancent...

Heureusement, la technologie d'une part (n'oublions pas que dans le passé les couleurs ont été parfois difficile à produire) et les moyens de diffusions d’autre part, facilitent l'existence d'une grande gamme de couleurs. Il y a toujours le domaine de l'intime et de la lingerie, où le bas a toute sa place, et qui encourage l'originalité, dans des ensembles « coordonnés ». La couleur permet par touches fines comme le pastel ou plus affirmé, soit d'égayer les tenues, soit de porter sur soi un langage plus revendicatif, propre à la jeunesse mais aussi au femmes plus audacieuses et « rebelles » dans le domaine de la mode. La couleur des bas avance dans tous les domaines. Elle avance par teinte assumée dans les bas unis mais aussi combinée aux bas résille, ou géométriques, pour lesquels les créateurs, de forme, ne veulent pas se contenter du sempiternel noir. Et les couleurs avancent aussi groupées mélangées avec les effets de rayures ou multicolores, assumés dans des matières écrues, proches de l'imprimé ou alors plus discrètement avec des effets d'irisation. Enfin, le bas que l'on voyait parfois comme une chaussette allongée, palliatif du pantalon aux effets calorifique est aussi aujourd'hui un moyen de colorier sa vie, de sublimer une silhouette, de se faire plaisir.