La qualité, c'est une notion qui permet d'établir, dans le domaine du commerce, le prix d'un produit. Porter des bas de qualité, c'est un plaisir qu'on s'offre, pour se sentir belle et attirante, mais aussi pour des raisons techniques.

Les bas qualité, une spécificité

Le bas qualité n'en est pas à son premier essai, après des années de turbulences, en commençant par son triomphe dans les années 40, où ce dernier, fabriqué en nylon, va détrôner la rayonne, un tissu plus grossier et semi-opaque. Le bas devient un accessoire féminin, à la limite entre l'érotisme et l'élégance, le « charme à la française » diront certains, et des émeutes dans les rues pour avoir ce dernier est même observé. Plus un léger et soyeux que ses prédécesseurs, le bas révolutionne l'industrie internationale, sans compter sur le porte-jarretelles qui participe également à cette ébullition. C'est ainsi qu'au fil du temps, le bas se « perfectionne », avec des fabricants toujours plus à la pointe de la technologie. Apparaît donc le sans couture, une autre façon de porter les sous-vêtements. C'est aussi un succès, et chaque année les ventes s’accroissement. Bientôt différents « niveaux » de gamme d'un bas, caractérisés par le prix et la qualité du produit, permettent aux femmes de mieux s'y retrouver. Un bas moyen de gamme à haut-de-gamme s’apparente à un bas de qualité, chacun des niveaux ayant ses propres règles. Le bas de qualité, c'est aussi les matières premières qui composent le tissu. Et on comprend pourquoi, lorsqu'on observe de près la fabrication des bas, la récolte du coton, de la laine, ou encore de la soie. C'est un savoir-faire transmis parfois de génération en génération, et il n'existe plus que quelques grandes maisons à la Française qui possèdent leur atelier, etc.

Plusieurs type de bas qualité

Le bas qualité se définit suivant plusieurs critères. Apparenté au collant, le bas a aussi bénéficié des progrès technologiques qui en ont fait un produit jetable pour certaines références après quelques utilisations. Il reste aussi, de par son ergonomie, plus proche de la chaussette, que l'on conserve évidemment plus longtemps. Ceci plaide bien sûr pour trouver des articles de qualité, au moins sur deux points. Le premier est l'aspect et la finition. Mettre un bas est une démarche d'abord esthétique, alors que l'on peut aussi mettre un collant pour des raisons « climatiques », et se tenir bien au chaud. Donc, il est toujours frustrant d'acheter des bas dont la finition, l'aspect ou la solidité font défaut. Le deuxième chapitre de qualité est sa résistance pour que le bas dure, aussi bien dans son intégrité que face à un cycle de lavage. Bien sûr, la qualité est aussi liée au matériau et un bas en laine sera plus résistant qu'un bas en nylon ou matière synthétique, mais les bas en laine offrent eux aussi différents niveaux de qualité. Ceci étant dit, quelques indices permettent de faire une idée plus objective de la qualité d'un bas. En dehors de certaines marques qui en font un critère commercial, et sans tomber systématiquement sur des produits de luxe, bien lire les étiquettes permet déjà un premier tri non sans intérêt. Le pourcentage de composants mélangés, le nombre de deniers du bas sont des premiers indices auxquels se fier.