Se promener avec assurance, se sentir belle en toute occasion, jouer à la femme fatale le temps d'un dîner, danser langoureusement en dévoilant de sublimes gambettes, en bas haut-de-gamme, avec ou sans porte-jarretelles, quoi de plus simple !

Du juste milieu pour le bas hauts de gamme

Le bas hauts de gamme demande de la part des fabricants une attention toute particulière quant à la qualité des produits. En quelques mots, il existe en tout et pour tout quatre niveaux de gamme qui sont caractérisés par le prix et la qualité du produit, parmi lesquelles le bas de gamme, milieu de gamme, le haut de gamme, et le luxe. Dans un premier temps, les bas de gamme sont en fait des prix très peu cher et qui sont souvent synonyme de mauvaise qualité. Le moyen de gamme, est par principe à une place toujours difficile, celle du "milieu", encore plus difficile à caractériser car secteur très concurrentiel. Il rassemble, à des prix accessibles, les marques de qualité supérieur, ce qui donne la possibilité aux femmes de toutes classes sociales (ou presque) d'accéder à des offres avantageuses. Les haut de gamme sont des produits de qualité supérieure à la moyenne, avec des avantages indéniables en terme de production française, de détails fait main, etc. Concernant le luxe, symbole d'un niveau bien supérieur aux haut-de-gamme, les produits sont de qualité irréprochable, à ne pas confondre. Par conséquent, le bas haut-de-gamme est donc recommandé lorsqu'on veut investir sans se ruiner, et pouvoir faire confiance à sa paire de bas sans avoir à s'inquiéter du lendemain.

A la conquête des bas hauts de gamme

Le bas hauts de gamme se décline en divers modèles allant de l'ultra-fin, à très faibles deniers, au bas ultra-opaque et donc à deniers élevés. Il est clair que pour s'approcher du haut-de-gamme, il faut s'intéresser davantage à sa production. En particulier, le savoir-faire français ou italien qui persiste dans certaines régions de France dépend du matériel, hautement sophistiqué mais aussi du personnel, expérimenté. Confectionnés à partir de matières premières également de grande qualité, comme la laine, le coton, la soie, le bambou, avec ou sans fibres synthétiques pour optimiser le bas, comme par exemple l'élasthanne qui améliore l'élasticité d'un textile. C'est tout un art que seul quelques grandes fabriques, qui se comptent sur les doigts d'une main. Par exemple, se fournir en soie demande au fabricant tout un tas d'étapes avant que celle-ci ne soit Alors, pour avoir de la qualité, on commence par vérifier le nombre de deniers du bas haut-de-gamme, le plus fin (ultrafin) sera forcément plus fragile, quelque soit la délicatesse avec lequel on le manipule, à la différence d'un 40 deniers. L'entretien des bas est obligatoire et demande une vigilance constante, avec un lavage à la machine ou à la main qui n'abîment pas la paire de bas, mais également des soins apportés à ses mains et ses pieds. Enfin, le site web www.mes-deux-chaussettes.fr dispose d'un large choix de bas hauts de gamme, allez donc y jeter un coup d'oeil !