Quelle différence entre la chaussette de contention et compression ?

24/04/2019 - @Mes Deux Chaussettes - Santé
Quelle différence entre la chaussette de contention et compression ?

Les jambes lourdes concernent près d'un français sur deux pour les femmes et près d'un français sur quatre pour les hommes. Les causes sont diverses, et peuvent être liées à une hérédité, l'âge, le poids, un métier où les jambes sont très souvent sollicités, une grossesse, il est donc important de connaître comment soulager les personnes souffrant d'insuffisance veineuse, de jambes lourdes, de varices ou de simples fourmillements.

Différence entre chaussette de compression et contention, explications

La différence chaussette de compression et contention correspond uniquement au degré de problèmes engendrés par l'insuffisance veineuse et les jambes lourdes. Car chaussette de compression et chaussette de contention sont toutes deux fabriquées pour répondre aux nombreux(ses) client(e)s qui souhaitent soulager leur mal. Le problème, c'est qu'on a parfois tendance à les confondre, ou à ne plus savoir qui et qui. Alors, tout d'abord, quelques explications :

Première différence : La chaussette de contention veineuse est prescrite par votre médecin ou tout autre spécialiste habilité à prescrire une ordonnance. Destinée à soulager l'insuffisance veineuse plus ou moins avancée, cette prescription est remboursée. A la différence de la chaussette de compression, qui peut être portée par tout et chacun, sans prescription médicale, pour des douleurs dans les membres inférieurs.

Seconde différence : les effets. La chaussette de compression exerce une pression continue sur la jambe, alors que la contention exerce une pression mais par alternance, en fonction de sa mobilité. Lorsqu'on marche, on contracte les muscles, ce qui déclenche une réaction. Au repos, il n'y a donc pas de pression. Comment ça fonctionne ? La chaussette de contention possède différentes classes, selon la force de compression, de la plus faible à la plus forte (1-4), suivie d'une réglementation précise. En France, la classe 1 correspond à 10-15 mmHg, la classe 2 = 15-20 mmHg, classe 3 = 20-36 mmHg, classe 4 = plus de 36 mmHg.

Par ailleurs, pour information, il faut savoir que les bandes de compression permettent d'exercer une pression dégressive sur la jambe, ce qui signifie que la pression exercée au niveau de la cheville est plus forte et progressivement de plus en plus faible vers le haut de la jambe. C'est un processus qui a fait ses preuves et qui fonctionne, puisqu'il ré-oxygène le sang, ce qui stimule la circulation veineuse et favorise le retour veineux.

Les chaussettes ou bas de contention comme de compression sont des remèdes efficaces contre l'insuffisance veineuse, avec plusieurs buts, dont le premier est de prévenir et de soulager les symptômes « jambes lourdes », comme la sensation de fourmillements dans les jambes ou encore de lourdeurs. Mais ce n'est pas tout, on peut également éviter ou diminuer un oedème de jambe, traiter un ulcère, prévenir la phlébite ou thrombose veineuse. Attention de bien choisir la taille de ses chaussettes, indispensable pour que celles-ci agissent efficacement. Pour ce faire, prendre les mesures au-dessus de la cheville, à l'endroit le plus gros du mollet, à l'arrière du genou, trois doigts au-dessus du creux poplité, pour finir par la longueur de la jambe.

Sur le site www.mes-deux-chaussettes.fr, plus d'informations.